Restons connectés

10/02/2014 Visite chez Thomas GINDREAU

Visite sur la préparation des jeunes chevaux

Le 10 février les jeunes de 1ere sont allés en visite d'entreprise chez Thomas Gindreau. Ils ont découvert la préparation des chevaux pour les concours de la méthode de saillie aux épreuves de cycles classiques. Une visite très riche en contenus notamment sur les harnachements, les mors, l'alimentation, le travail du jeune cheval...

Compte rendu d'une élève

Nous sommes allés chez un cavalier amateur, Thomas Gindreau, 27 ans à Nallier dans le Sud Vendée.

Il commercialise et valorise ses jeunes chevaux et des chevaux de propriétaires lui sont confiés au travail.

L’élevage est transmis de père en fils.

Après avoir passé 2 ans à la MFR de Bournezeau en ayant obtenue le BEPA, il décide d’arrêter les études.

L’élevage est transmis de père en fils depuis 4 générations. Il a été salarié en tant qu’aide familiale avant de s’installer réellement. Cela fait 5 ans qu’il travaille en tant que cavalier amateur en sortant les jeunes chevaux venant de l’élevage de son père ainsi que quelques chevaux de propriétaires.

L’entreprise est organisée sur 120 ha dont 60 ha en propriété, 50 ha en prairies dont 10 ha de foin.

La paille, le foin et les céréales (orges, avoines) sont autoproduits

L’entreprise compte 2 bâtiments :

1 bâtiment composé de 4 écuries :

  • 1 composée de 3 boxes où est son 1er poney de concours
  • 1 de 5 boxes pour ses entiers de 3 ans
  • 1 de 4 boxes pour 4 chevaux de compétition
  • 1 de 3 boxes pour 4 pouliches de 18 mois et ses 3 poulains de 1 an + 1 boxe a part

Il y a des clapiers pour lapins ainsi qu’une volière.

1 bâtiments composé de :

  • 1 écurie composée de 1 box
  • 1 hangar à foin, paille, une salle de préparation, de stockage tracteur
  • 1 écurie de 6 boxes pour chevaux de propriétaire et compétition
  • 1 écurie composée de 5 boxes pour ses entiers de compétition
  • 1 petite carrière complètement fermée pour les jeunes de 3 à 4 ans pour faire de la liberté ou de la longe composée de 4 sables différents.
  • 1 autre carrière pour travail des chevaux avec chandeliers et barres

Un projet de construction de manège, de 12 boxes, d’une douche, d’une salle de préparation avec une ouverture sur la grande carrière et le manège est en cours. Thomas veut aussi installer un marcheur pour une question de fonctionnalité pour les jours de mauvais temps.

L’entreprise compte:

  • 15 poulinières
  • 18 chevaux au travail
  • 7 poulains de 18 mois à 3 ans

La saillie des juments est naturelle, l’élevage produit environs 10 poulains par an.

A 18 mois:

  • Les poulains et pouliches sont habitués au licol, sont rentrés au box puis parés. Ils sont remis au pré jusqu’à leur 3 ans sans trop de manipulation.

A 3 ans :

  • Ils sont remis au box avant d’être débourrés, puis ils sautent en liberté.
  • Ils sont montés en mors à aiguilles, sans avoir une grosse action de main, seulement de jambes
  • Ils sont longés tous les lundis pour travailler leur dos
  • Enrênements : Gogues fixe, élastiques…

A 3 ans, le cheval doit être serein, être capable de partir en trotting seul sans autre chevaux

A 4 ans :

  • Ils sont montés avec un mors à embouchures carrées
  • Saute 2 fois par semaine
  • Commencent les classique 4 ans
  • 1 fois que la saison est commencée, ils ne sautent plus qu’en concours

A 5 ans :

  • Changement de mors : soit Pessoa soit mors similaire
  • Enrênements
  • Classiques 5 ans

A 6 ans :

  • Enrênements
  • Classique 6 ans

L’objectif pour les 4,5 et 6 ans est qu’ils finissent à la finale de Fontainebleau.

Le prix des chevaux vari selon ses origines, ses capacités, sa morphologie.

Pour Thomas, les jeunes chevaux doivent être bien dans leur tête, sereins, montés avec une main légère et des jambes. C’est un esprit de propulsion et non traction.

Le travail à la longe survient fréquemment pour travailler le dos des chevaux.

 

Thomas en vidéo avec Unic Espoir

Partager sur Facebook